Twitch est-il en train de pousser la télévision au placard ?


Publié le: 1 septembre 2020 par Atos

En 2014, Paul Moore, membre de la Communauté Scientifique d’Atos, se demandait si cela avait un sens de regarder les autres jouer à des jeux vidéo (la réponse était oui). Six ans plus tard, plus personne de moins de 40 ans n’en doute. A l’heure où les médias voient leurs difficultés s’accentuer avec la crise du Covid-19, Twitch semble inexorablement progresser et attirer de nouvelles audiences. Le service né en 2011, racheté par Amazon en 2014, est-il en train de remplacer la télévision que nous connaissons ?

 

Les tournois de League of Legends ou d'autres esports sont aujourd’hui de véritables événements médiatiques mondiaux et, pendant le confinement dû au Covid-19, étaient même les seules compétitions disponibles. Depuis des années, des poids lourds comme Microsoft et Google ont cherché à se positionner sur la tendance de l’esport, mais dans l’univers du jeu en streaming, Twitch règne en maître. Le dernier concurrent sérieux, Mixer de Microsoft, a annoncé sa fermeture définitive en juin.

De LOL au goal

Depuis ce blog de Paul Moore en 2014, nous avons assisté à un lent déclin de la télévision traditionnelle. Mais jusqu'à présent, la triple combinaison de la fidélité des téléspectateurs plus âgés, du direct (surtout le sport et l'information), et de ce que l'on pourrait appeler la télévision populaire (Koh Lanta, The Voice…) a permis aux chaînes de télévision de conserver plus ou moins leur attrait, même dans une certaine mesure chez les jeunes téléspectateurs. Tout en admettant sa perte de vitesse, la télévision est convaincue que ces trois piliers lui fourniront une audience suffisante pour lui permettre de gagner du temps jusqu'à trouver un moyen de transformer son modèle économique. Il semblerait que Twitch (c'est-à-dire Amazon) ait d'autres plans.

Twitch se positionne désormais clairement en tant que média grand public, en proposant des sports en direct et de plus en plus de contenus au-delà du gaming. Onze matches de la NFL (la ligue de football américaine), quatre de la Premier League (la ligue anglaise) et plusieurs du tournoi de tennis de Roland Garros y seront diffusés d’ici la fin de l’année. Twitch a même remporté son premier Emmy l'année dernière avec Artificial, une série de science-fiction interactive. Dans le même temps, la plateforme a été pour beaucoup le lieu où suivre en direct et de façon immersive les manifestations de Black Live Matters : de multiples points de vue et perspectives, de multiples opinions, disponibles sans filtre, en temps réel avec la possibilité de commenter, discuter, argumenter avec des spectateurs qui partagent ou non les mêmes idées. Autre jalon fondamental, en octobre 2019, la catégorie "Just Chatting" sur Twitch, qui n'est pas consacré à l’esport, a dépassé à la fois League of Legends et Fortnite pour devenir la plus populaire sur la plateforme.

Enfin, les contenus en direct les plus appréciés à la télévision - sports, télé-crochets musicaux, émissions de rencontres, etc. - s'appuient de plus en plus sur les réseaux sociaux. Que seraient Koh Lanta sans les commentaires des spectateurs sur Twitter ou Facebook ou les lives réalisés par Denis Brogniart sur son compte Instagram ? Twitch est une plateforme de communautés dans laquelle l'interaction sociale est intégrée à la vidéo : pas besoin d'aller voir ailleurs pour trouver des flux intéressants, ils sont tous là ! De plus, ces communautés peuvent facilement voir des influenceurs ou des stars du spectacle rejoindre les participants ou modérateurs, abaissant la barrière de l’écran.

Le flot de la data

Ce qui nous amène au point probablement le plus important. Les données ! Lorsque Twitch n'était qu'une plateforme de diffusion d’esport en continu, les données des spectateurs n'avaient pas particulièrement de valeur – l'opinion de quelqu'un sur un personnage de League of Legends a-t-elle une quelconque valeur sur le marché des données ? (Probablement pas beaucoup.) A mesure que Twitch s'étend au contenu grand public, cela change radicalement. De plus, Twitch est la propriété d’Amazon. Si Twitch n'était qu'une plateforme indépendante, les données générées par l'activité des utilisateurs seraient déjà une denrée précieuse, mais le fait est qu’elles peuvent être combinées avec les données générées par Prime et la plateforme d'achat en ligne d'Amazon. En outre, Amazon peut subventionner le contenu de Twitch, comme il le fait déjà pour Prime, avec des montants qu'aucun diffuseur (ou autre) ne pourrait égaler. L’achat de près d'un milliard de dollars de Twitch en 2014 semble aujourd’hui une bonne affaire alors qu’Amazon travaille à aligner davantage Twitch et Prime. La combinaison boutique en ligne Amazon + Amazon Web Services + Amazon Prime + Twitch semble invincible* !

D’autres tendances appuient le propos :

  1. Le profil démographique des spectateurs ne joue pas en faveur de la télévision. L'âge moyen d'un téléspectateur français est de plus de 50 ans et augmente chaque année, et une dynamique similaire peut être observée dans tous les pays.
  2. En dehors des États-Unis, les diffuseurs ont de plus en plus de mal à s'offrir les droits TV des compétitions prestigieuses et les offres sont de plus en plus éclatées et de moins en moins attractives pour le spectateur. Les investissements n’ayant pas été rentabilisés avec l’arrêt des compétitions dû au Covid-19, les négociations s’annoncent âpres.
  3. Les téléspectateurs regardent de plus en plus de contenu sur leurs appareils mobiles (bien que le Covid-19 ait temporairement inversé cette tendance), or Twitch a toujours été mobile, contrairement à la télévision.
  4. Les compétitions esport ont vu leur audience augmenter pendant le confinement. Certains des nouveaux téléspectateurs de Twitch resteront et consommeront également d'autres contenus non relatifs à l’esport.

La télévision, déjà en difficulté, est maintenant mise au défi par Twitch.tv sur les quelques domaines dans lesquels elle se pensait invincible. Les diffuseurs doivent réagir avant que la menace ne soit trop ancrée, mais les solutions ne sont pas faciles à trouver. Alors qu’ils essaient sans succès de ralentir le déclin des jeunes téléspectateurs depuis des années, il s'agit là d'un autre défi qui exigera un niveau de créativité, de flexibilité et de ressources qui sera difficile à atteindre, surtout en période de détresse économique comme aujourd'hui.

* L’offre Premium de Twitch est disponible pour les clients d'Amazon Prime et a récemment changé de nom, passant de Twitch Prime à Prime Gaming, ce qui souligne le fait qu'ils font tous deux partie d'une méga-plateforme. Cependant, quelques voix s’élèvent pour réclamer le démantèlement des GAFA, ce qui pourrait inquiéter Amazon en provoquant la séparation de Twitch.

Partager


Qui est Atos

Partenaire de Confiance de votre Transformation Digitale


Suivre ou contacter Groupe