Des nouveaux partenaires adhèrent à la Charte de Confiance pour protéger les infrastructures critiques

Paris, 8 mars 2018

  • Atos, Enel et The AES Corporation rejoignent l’alliance
  • La Charte de confiance définit dix voies d'action en faveur de la cybersécurité
  • La transformation digitale nécessite des données et objets connectés sécurisés pour les systèmes énergétiques et les infrastructures critiques

Siemens et les huit membres fondateurs de la Charte de confiance ont accueilli Atos, Enel, et The AES Corporation dans le cadre de leur initiative mondiale de cybersécurité lors de la conférence CERAWeek® 2018 qui s’est tenue à Houston (Etats-Unis). S’appuyant sur le hub énergétique américain, la conférence s'est notamment concentrée sur la question de la cybersécurité ; en effet, l'énergie est le segment le plus vulnérable dans le domaine des infrastructures critiques aux États-Unis.

En 2017, le département de l'Énergie des États-Unis a signalé que l'infrastructure électrique américaine était menacée par des cyberattaques de manière plus fréquente et sophistiquée. De plus, selon un récent rapport du « Council of Economic Advisors », les cyber-activités malveillantes visant le gouvernement et l'industrie ont coûté entre 57 et 109 milliards de dollars à l'économie américaine en 2016, soit environ 1,5 pourcent du PIB du pays.

La Charte de confiance constitue une initiative de cybersécurité qui établit trois objectifs principaux : protéger les données des particuliers et des entreprises, prévenir les dommages aux personnes, aux entreprises et aux infrastructures et établir une base fiable pour favoriser la confiance vis-à-vis du monde digital interconnecté.

La Charte de confiance a été présentée lors de la Conférence de Munich sur la sécurité (MSC) en février et signée par un groupe d'entreprises fondatrices, dont Airbus, Allianz, Daimler Group, IBM, MSC, NXP, SGS et Deutsche Telekom, qui ont appelé à la mise en place de règlementations et de normes en vue d'assurer une sécurité et une intégrité dans les secteurs public et privé.

« L’enjeu le plus important de notre époque est la cybersécurité», a déclaré Joe Kaeser, PDG de Siemens AG. Dans l’objectif de rendre notre monde numérique plus sûr, Siemens travaille avec des partenaires clés de l'industrie, du gouvernement et de la société pour promouvoir la Charte de confiance..  Les possibilités de transformation pour la société et pour l'industrie ne peuvent se concrétiser que si nous avons tous confiance en la sécurité de nos données et de nos systèmes connectés. »

Alors que le nombre de cyberattaques ne cesse d'augmenter, le matériel et les logiciels contrôlant les infrastructures critiques comme l'électricité et le gaz sont devenus des cibles majeures. Une étude du « Ponemon Institute » sur l'industrie pétrolière et gazière des États-Unis a révélé que les cyberattaques liées à la technologie opérationnelle (OT) constituent désormais 30 % de toutes les attaques du secteur.

La Charte de confiance a été signée notamment par Atos, leader international de la transformation digitale opérant dans 73 pays et accompagnant des clients dans divers secteurs d'activité, y compris l'énergie et les services publics, Enel, leader européen dans le marché de l’énergie , travaillant dans 37 pays sur l’ensemble des 5 continents, et par The AES Corporation, une société d'électricité faisant partie du Fortune 200 qui propose des services de distribution et de production d'énergie dans 15 pays.

La Charte énonce dix principes dans le but de garantir l’engagement des entreprises et du gouvernement dans la lutte contre la cybersécurité, par le biais de l'instauration d'un ministère de la cybersécurité au sein du gouvernement ainsi que d'un responsable de la sécurité de l'information au sein des entreprises. Une certification indépendante est nécessaire pour les infrastructures critiques présentant un risque pour les personnes, notamment dans les secteurs du pétrole et du gaz, de la production et de la distribution d'électricité, et des applications digitales dans tous les aspects de l'IoT. En vue de l’évolution des technologies digitales et connectées, les fonctions de sécurité et de confidentialité des données devraient être préconfigurées et les réglementations en matière de cybersécurité intégrées aux traités de libre-échange. Les signataires de la Charte souhaitent également davantage favoriser la question de la cybersécurité dans la formation professionnelle et les initiatives internationales.

           Andrés Gluski, président et PDG de The AES Corporation, commente :

« AES a pour mission d'améliorer la qualité de vie en proposant des solutions énergétiques  fiables et durables.  Notre succès continu dépend de notre capacité à nous adapter au changement, y compris à l'utilisation de nouvelles technologies.  Une cyberattaque réussie aurait un impact sur notre capacité à fournir de l'électricité et une violation des données pourrait nuire à nos employés, clients et partenaires. »

Thierry Breton, PDG d’Atos, commente :

« Atos est pleinement engagé dans la digitalisation de tous les secteurs de l'économie. La cybersécurité est un élément crucial et un moteur de cette transition. En collaboration avec Siemens, nous avons développé des solutions digitales, comme des centres opérationnels de sécurité de premier plan, un service de gestion des identités et des accès pour les entreprises élargies ainsi que de l'IoT ou des analyses de sécurité normatives basées sur l'intelligence artificielle. J'appuie pleinement l'initiative de la Charte de confiance mondiale pour une cybersécurité accrue et ses dix principes clés. En tant que signataire, je suis heureux d'adhérer à cette Charte, qui constitue une base fiable pour étendre la digitalisation et créer de la valeur pour nos clients et partenaires. »

Yuri Rassega, responsable de la sécurité de l'information du groupe Enel, commente :

« La coopération est essentielle à la prévention et à la gestion des cyber-risques. Dans le monde d'aujourd'hui, les technologies sont de plus en plus disruptives, rendant ainsi les cybermenaces auxquelles nous sommes confrontés toujours plus fréquentes et sophistiquées. Ces dernières années, Enel s'est efforcé d'adopter une vision systémique qui prend en compte à la fois les facteurs métiers et les objectifs de protection des systèmes  IoT, qui définit une stratégie basée sur les risques et qui favorise l'utilisation d'un modèle de « cybersécurité dès la conception ». Cela renforce ainsi la persévérance des infrastructures et des applications face aux menaces. Avec la signature de la Charte de confiance pour un monde digital sécurisé, nous formalisons notre engagement en faveur d'une approche de plus en plus coordonnée de la cybersécurité, en fusionnant les informations et le partage des données en temps réel. »

Retrouvez la Charte de confiance et davantage d'informations à l'adresse suivante : www.siemens.com/press/charter-of-trust

###

Press Contact

Laura Fau | laura.fau@atos.net | +33 6 73 64 04 18 | @laurajanefau

Photo: Joe Kaeser, President & CEO, Siemens AG and Michel-Alain Proch, SEVP & Group Digital Officer, Atos