« Shadow IT : une augmentation de 20% attendue en 2015 »

Londres, le 30 mars 2015

Une recherche menée par Canopy, le Cloud d'Atos, révèle que selon 60 % des DSI, les coûts liés au « Shadow IT » ont atteint 13 millions € l'an dernier dans leur organisation, et devraient augmenter en 2015, mettant en avant le besoin d'une meilleure gouvernance des systèmes d'information afin de soutenir la transformation numérique.

Canopy, le Cloud d'Atos, révèle aujourd'hui que près de deux tiers (60 %)* des DSI considèrent que les coûts liés au « Shadow IT », c'est-à-dire les coûts non spécifiés ni engagés par la DSI,  n'ont jamais été aussi importants, représentant 13 millions € du budget global alloué au service informatique de leur entreprise en 2014. La moitié des dirigeants métiers (51 %) confirment ces chiffres, admettant qu'entre 5 et 15 % de leur budget a été consacré au « Shadow IT », à savoir un montant de 8,6 millions €. En 2015, ces chiffres devraient connaître une croissance de plus de 20 %.

 

Selon les dirigeants d'entreprise dont les employés dépensent une partie de leur budget en « Shadow IT », les besoins de sauvegarde en constituent le principal motif. En effet, 44 % des personnes interrogées ont reconnu que leur service avait investi dans ce secteur l'an dernier. Les logiciels de partage de fichiers (36 %) et d'archivage de données (33 %) figuraient également parmi les coûts principaux en matière de « Shadow IT ». Il est intéressant de noter que les fonctions IT de premier plan souvent considérées comme génératrices de chiffre d'affaires à travers le déploiement d'initiatives en matière de transformation digitale, telles que la mobilité et les outils sociaux (28 %), ainsi que les logiciels analytiques (27 %), ont moins fait l'objet de ces dépenses en 2014. Seules 17 % de ces personnes ont admis que le déploiement plus rapide que la concurrence de nouvelles fonctionnalités permettant une expérience numérique optimisée justifiait de contourner la direction informatique. 

 

« De manière étonnante, les dépenses relatives au « Shadow IT » concernent les fonctions back-office, autrement dit les domaines pour lesquels la plupart des entreprises devraient avoir une approche centralisée, soigneusement gérée par la direction informatique », nous explique Philippe Llorens, PDG de Canopy. « Cette découverte indique qu'une gouvernance plus forte reste indispensable dans la plupart des directions informatiques. Alors que les sociétés optent de plus en plus pour le numérique, il est impératif que la direction informatique propose non seulement une infrastructure et des services informatiques en vue de permettre et d'accompagner la transformation digitale, mais également le modèle de gouvernance associé afin d'en maximiser la rentabilité, de gérer les risques et de fournir des services informatiques sécurisés à l'entreprise. »

 

Selon les DSI, les entreprises américaines sont celles dont les dépenses en matière de « Shadow IT » ont été les plus importantes en 2014, investissant chacune la somme considérable de 26 millions €, ce qui représente plus du double des entreprises britanniques et françaises qui déclarent avoir investi respectivement quelques 11 millions € et 10 millions €. Les entreprises allemandes, quant à elles, dépenseraient environ 4 fois moins en « Shadow IT » que les entreprises américaines. Ces conclusions illustrent le défi que posent les attitudes diverses des employés face aux dépenses en matière de « Shadow IT », et auquel sont confrontées les multinationales. 

Qu'est-ce qui motivera le recours au « Shadow IT » en 2015 ?

 

En termes de croissance future, 37 % des DSI, des directeurs financiers et des décideurs métiers consacrant déjà une partie de leur budget au « Shadow IT », considèrent que l'amélioration de la mobilité sera un catalyseur pour ce type de dépenses. Ce pourcentage est plus élevé pour les personnes interrogées travaillant dans les secteurs de la distribution (44 %), de l'informatique et des télécoms (42 %), et des services financiers (39 %).

 

Plus préoccupant encore, 37 % des personnes interrogées ont déclaré que l'incapacité de leur service informatique à autoriser des projets pilotes et à lancer des nouveaux produits rapidement et dans les délais (34 %) seraient en majeure partie à l'origine d'investissements massifs en matière de « Shadow IT ». Pour 61% des cadres dirigeants du secteur de l'énergie, la lenteur des services informatiques serait l'un des principaux coupables. L'amélioration du service client par le développement de nouvelles applications serait l'une des causes essentielles pour 34 % des personnes sondées, ce chiffre montant à 43 % dans le secteur de la distribution.

 

« Plus les entreprises s'habituent à fonctionner à la vitesse du numérique, en ayant recours aux technologies de l'IT en vue d'optimiser l'expérience client  et d'améliorer leur chiffre d'affaires, plus la direction informatique doit être préparée, tant du point de vue technologique qu'en termes de gouvernance, à soutenir des projets à court terme et à accélérer le développement des applications natives dans le Cloud. L'objectif restant d'améliorer le service et d'augmenter le panier moyen », conclut Philippe Llorens.

À propos de la recherche

 

Une recherche indépendante a été menée à bien par Vanson Bourne en septembre 2014 sur 5 marchés clés. 75 PDG et 75  directeurs financiers ainsi que 50 BDM ont fait l'objet d'un sondage au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et aux États-Unis. 50 PDG, 50  directeurs financiers et 50 BDM ont été interrogés aux Pays-Bas.

 

59 % des personnes interrogées sont issues d'entreprises cotées, avec 21 % cotées au FTSE, 34 % au NASDAQ, 33 % au NYSE et 44 % à l'EURONEXT. 71 % faisaient partie de grandes entreprises (avec plus de 1 000 employés) et 17 % d'entreprises comptant non moins de 10 000 employés minimum. Le chiffre d'affaires global annuel moyen de ces entreprises s'élevait à 1,49 milliard € et les personnes interrogées issues d'entreprises comptant plus de 10 000 employés mentionnaient un chiffre d'affaires global annuel moyen de 4,05 milliards €.

 

Les personnes sondées font partie des secteurs suivants : services financiers (y compris les assurances), IT et télécoms, fabrication, services commerciaux et professionnels, distribution, médias, loisirs, transport et voyages, énergie (notamment le pétrole et le gaz), la logistique et les services aux consommateurs.

A propos de Canopy

 

Canopy, filiale d'Atos basée sur les technologies EMC et VMware, est la ligne de services Cloud d'Atos et le leader européen du Cloud d'entreprise et de service public. Grâce à son offre de guichet électronique unique dédiée aux services de Cloud pour les grandes organisations du secteur public et aux multinationales du secteur privé, Canopy apporte des avantages substantiels à ses clients : réduction des coûts informatiques et réduction des dépenses d'exploitation (capex) grâce à des modèles de tarification flexible ainsi que l'accès à la technologie innovante et réactive qui permet le déploiement rapide du Cloud, et une commercialisation accélérée des produits et des services. Les offres de Canopy étant basées sur des normes ouvertes, les utilisateurs peuvent opter pour la technologie de leur choix et décider d'exécuter les solutions sur site ou hors site, selon leurs besoins. Basée à Londres, Canopy opère actuellement dans 9 pays sur 3 continents. Pour plus d'informations : www.canopy-cloud.com.

A propos d'Atos

 

Atos SE (Société Européenne), est une entreprise leader de services numériques avec un chiffre d'affaires annuel de 10 milliards d'euros et 86 000 collaborateurs dans 66 pays. Atos fournit à ses clients du monde entier des services de conseil et d'intégration de systèmes, d'infogérance, de Big Data et de Sécurité, d'opérations Cloud et des services transactionnels par l'intermédiaire de Worldline, le leader européen et un acteur mondial dans les services de paiement. Grâce à son expertise technologique et sa connaissance sectorielle pointue, Atos sert des clients dans différents secteurs : Industrie, Distribution, Transports, secteur Public, Santé, Services financiers, Télécoms, Défense et Sécurité, Médias et Services. Atos déploie les technologies qui accélèrent le développement de ses clients et les aident à réaliser leur vision de l'entreprise du futur. Atos est le partenaire informatique mondial des Jeux Olympiques et Paralympiques. Le Groupe est coté sur le marché Euronext Paris et exerce ses activités sous les marques Atos, Bull, Canopy, Worldline, Atos Consulting et Atos Worldgrid.

Contact Presse :

 

Anne de Beaumont

Anne.debeaumont@atos.net

+33 6 23 76 19 41

 

*Chiffres basés sur les estimations des dirigeants métiers évaluant entre 5 et 15 % le budget consacré au « Shadow IT ».