Atos lance un projet visant à déterminer une approche fédérée de détection de la fraude et de la criminalité financière

Paris, Munich – le 17 février 2022

Améliorer l’efficacité des efforts conjoints de détection de la fraude et de la criminalité financière : voici l’un des objectifs principaux du nouveau projet Gaia-X mené par Atos.

Gaia-X, dont Atos est l'un des membres fondateurs, est une initiative européenne qui défend la souveraineté des données et la transformation numérique visant à développer une fédération d'infrastructures de données, en Europe et au-delà.

Environ 2 % à 5 % du PIB mondial (1,7-4 mille milliards d’euros) sont blanchis chaque année1. Le projet « Federated Detection of Fraud and Financial Crime » (« Initiative fédérée de détection de la fraude et de la criminalité financière ») s’inscrit au cœur des efforts plus larges de mise en œuvre des politiques et de l’architecture Gaia-X pour construire un centre de données et cloud sécurisé et transparent pour les États membres, les entreprises et les citoyens.

Les compétences reconnues d’Atos dans la mise en place d’écosystèmes d’innovation parallèlement à l’orchestration des technologies seront mises à contribution dans le cadre du programme, qui vise à créer un écosystème de services et de collaboration inter-entreprises et transfrontalier pour améliorer la lutte contre la fraude et la criminalité financière ainsi que la transparence des flux d’argent et de valeur.

La priorité sera de réduire la proportion élevée de fausses alertes de transaction et d’améliorer la détection de la fraude et de la criminalité financière, en partageant et en analysant les informations entre les acteurs participant au programme. Jusqu’à présent, les efforts visaient principalement à relever ce défi au niveau des entreprises.

Les organisations et les entreprises au-delà de l’Union européenne et dans d’autres parties du globe pourraient également bénéficier du projet Federated Detection of Fraud and Financial Crime, d’après Carol Houle, SVP, Responsable Monde Services financiers et Assurance, Atos : « Étant donné que la majorité des alertes de transactions mondiales sont des faux positifs, chaque alerte doit faire l’objet d’une enquête individuelle, ce qui mobilise de nombreux moyens humains et financiers. Seule une réponse coordonnée et transfrontalière nous permettra de résoudre ce problème. Afin d’aider le secteur bancaire à réduire durablement les coûts de la lutte contre le blanchiment d'argent, nous avons repensé l’approche des flux de valeur commerciale de bout en bout pour la détection de la fraude et de la criminalité financière, et réuni les meilleures technologies de partage des données, d’analyse des données et de calcul haute performance. Ce projet permettra également au secteur public de lutter plus efficacement contre ce type de criminalité, ce qui profitera in fine au client final. »

Mairead McGuinness, Commissaire européenne aux Services financiers, a déclaré : « Le blanchiment d’argent constitue une menace claire pour les citoyens, les institutions démocratiques et le système financier. » Les transactions impliquant de l’argent « sale » représentent environ 1,5 % du produit intérieur brut de l’UE, soit 133 milliards d’euros (157 milliards de dollars). « L’ampleur du problème ne peut être sous-estimée et les failles que les criminels peuvent exploiter doivent être comblées », a ajouté Mairead McGuinness. « L'ampleur du problème ne doit pas être sous-estimée, et les failles que les criminels peuvent exploiter doivent être comblées », a déclaré M. McGuinness.

Le projet, qui fait partie du consortium EuroDaT, s’intégrera également dans un ensemble d’amendements législatifs ambitieux visant à renforcer les règles de l’UE en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme par la Commission européenne, et qui comprend la création d’une nouvelle autorité européenne de lutte contre le blanchiment d’argent.

Le succès de ce projet pourrait également bénéficier aux acteurs de l’assurance, en les aidant à détecter en temps réel la double utilisation de documents de demande d’indemnisation auprès de compagnies d’assurance. Bien qu’il ne s’agisse pas actuellement d’une pratique courante, celle-ci pourrait contribuer à développer une structure holistique de détection des fraudes, et aiderait les assureurs à améliorer leurs bénéfices et leur image auprès des clients.

1Source : CEPS – ECRI Taskforce Report – ‘Anti-money laundering in the EU. Time To Get Serious’

***

A propos d’Atos

Atos est un leader international de la transformation digitale avec 107 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires annuel de plus de 11 milliards d’euros. Numéro un européen du cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs, le Groupe fournit des solutions intégrées pour tous les secteurs, dans 71 pays. Pionnier des services et produits de décarbonation, Atos s’engage à fournir des solutions numériques sécurisées et décarbonées à ses clients. Atos est une SE (Société Européenne) cotée sur Euronext Paris et fait partie des indices CAC 40 ESG et Next 20.

La raison d’être d’Atos est de contribuer à façonner l’espace informationnel. Avec ses compétences et ses services, le Groupe supporte le développement de la connaissance, de l’éducation et de la recherche dans une approche pluriculturelle et contribue au développement de l’excellence scientifique et technologique. Partout dans le monde, Atos permet à ses clients et à ses collaborateurs, et plus généralement au plus grand nombre, de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans l’espace informationnel.

Contact

Lucie Duchateau – lucie.duchateau@atos.net – 07 62 85 35 10

Partager sur Linked In