Résultats annuels 2019

Une année 2019 robuste où tous les objectifs ont été atteints

Infrastructure & Data Management et Amérique du Nord en croissance au second semestre

Dynamique commerciale positive avec un niveau de commandes à 12 245 millions d’euros

Ratio prise de commande sur chiffre d’affaires à 106%, quatrième trimestre à 121%

Chiffre d’Affaires à 11 588 millions d’euros

Croissance organique à +1.4% avec un quatrième trimestre à +2.2%

Marge opérationnelle à 1 190 millions d’euros

10.3% du chiffre d’affaires (9.8% en 2018)

 Flux de Trésorerie Disponible à 605 millions d’euros[1]

Résultat Net normalisé part du Groupe[2] à 834 millions d’euros

Bénéfice par action dilué normalisé2 à 7,74 euros

2020 : une année de transformation avec une nouvelle amélioration prévue des objectifs financiers

 

Paris, le 19 février, 2020

Atos, un leader international de la transformation digitale, annonce aujourd’hui ses résultats 2019.

Elie Girard, Directeur Général, a déclaré : « Nous avons terminé l’année 2019 sur une note positive avec une croissance organique supérieure à 2% au quatrième trimestre, portée par une accélération dans le Cloud et dans le Big Data et la Cybersécurité. Le dynamisme commercial tout au long de l’année reflète notre capacité à aider nos clients dans leur transformation digitale dans toutes les dimensions de l’entreprise et de bout en bout. Nous avons également amélioré en 2019 notre marge opérationnelle et généré un Flux de Trésorerie Disponible solide au-dessus de 600 millions d’euros. Je suis fier de l’engagement des équipes d’Atos qui ont permis de réaliser une telle performance.

Avec l’acquisition de Syntel et le désengagement de Worldline achevé ce mois-ci dans de très bonnes conditions, le Groupe a finalisé une première étape de son repositionnement en tant que pure player dans les services digitaux, tout en ayant renforcé la rentabilité pour les actionnaires et conservé une flexibilité financière intacte. Atos est désormais prêt pour une nouvelle étape.

2020 sera une année passionnante de transformation, avec une nouvelle amélioration des objectifs annuels. Le Groupe évolue vers une approche sectorielle, en développant et en atteignant le plus haut niveau d’expertise dans chaque secteur, en repensant son portefeuille d’offres et son go-to-market pour encore mieux servir nos clients et porter plus haut encore notre engagement client. 

Cette transformation lancée en 2020 a également pour objectif de répondre aux besoins les plus pressants de nos clients, notamment la cyber-protection et un passage à la vitesse supérieure dans la décarbonisation. Avec une flexibilité financière renouvelée, le Groupe peut désormais envisager des acquisitions ciblées pour soutenir et accélérer sa transformation, comme l’acquisition récente de Maven Wave, leader dans la transformation Cloud basé aux Etats-Unis. Je serai ravi de présenter plus en détail l’ambition et la stratégie d’Atos, définies avec le Conseil d’Administration, lors de notre prochaine Journée Analystes le 22 avril prochain. »

Le chiffre d’affaires s’est élevé à 11 588 millions d’euros, +1,4% à périmètre et taux de change constants, particulièrement porté par la performance dans le Cloud et en Big Data & Cybersecurity.

La marge opérationnelle a atteint 1 190 millions d’euros représentant 10,3% du chiffre d’affaires, comparé à 9,8% en 2018 à périmètre et taux de change constants. Chacune des Divisions a contribué à l’augmentation de la marge opérationnelle, Infrastructure & Data Management tirant profit de l’automatisation et du programme RACE, Business & Platform Solutions des synergies de coûts avec Syntel et Big Data & Cybersecurity de l’augmentation du chiffre d’affaires. Enfin, les coûts centraux ont été réduits grâce aux efforts continus dans l’optimisation des coûts.

Dans une année ou moins de contrats sont arrivés à renouvellement, la dynamique commerciale du Groupe a été particulièrement élevée en 2019 avec un niveau de prise de commandes qui a atteint 12,2 milliards d’euros, représentant un ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires de 106% comparé à 111% en 2018 à taux de change constant. Au cours du quatrième trimestre, le ratio prise de commandes sur chiffre d’affaires a atteint 121%.

Le résultat net des activités poursuivies attribuable aux propriétaires de la Société Mère s’est élevé à 414 millions d’euros, et le résultat net normalisé des activités poursuivies attribuable aux propriétaires de la Société Mère a atteint 834 millions d’euros. Le Résultat Net Par Action et le Résultat Net Par Action dilué ont chacun atteint 3,84 euros, et le Résultat Net Par Action normalisé et le Résultat Net Par Action dilué normalisé se sont tous deux élevés à 7,74 euros.

Le flux de trésorerie disponible s’est élevé à 605 millions d’euros en 2019, hors éléments non récurrents de 37 millions d’euros liés à l’emprunt obligataire échangeable en actions (OEB)[3].

La dette nette du Groupe s’élevait à –1,7 milliard d’euros fin décembre 2019, compte tenu du flux de trésorerie disponible, de la vente des actions Worldline en novembre 2019, de l’acquisition de IDnomic au cours de l’année, des dividendes payés en numéraire et du programme de rachat d’actions afin de livrer aux salariés des actions acquises dans le cadre des plans d’actions de performance.

 

Objectifs 2020

En 2020, le Groupe vise les objectifs suivants pour ses 3 critères financiers clés :

  • Chiffre d’affaires: de l’ordre de 2% de croissance organique
  • Taux de marge opérationnelle: amélioration comprise entre 20 et 40 points de base par rapport à 2019
  • Flux de trésorerie disponible: de l’ordre de 700 millions d’euros

 

Performance 2019 par Division

Chiffre d’affairesMarge opérationnelleMarge opérationnelle %
En millions d’euros20192018*% organique20192018*20192018*
Infrastructure & Data Management  6 3216 362-0,6%          614          5899,7%9,3%
Business & Platform Solutions  4 2164 1800,9%          492          48311,7%11,6%
Big Data & Cybersecurity  1 05088818,3%          149          12714,2%14,3%
Coûts centraux–          65–          74-0,6%-0,7%
Total11 58811 4301,4%1 1901 125 10,3%9,8%
* A périmètre et taux de change constants

 

Infrastructure & Data Management : Accélération de la transition vers le Cloud Hybride et le Digital Workplace

Le chiffre d’affaires de la Division Infrastructure & Data Management s’est élevé à 6 321 millions d’euros en légère baisse de -0,6 % à taux de change et périmètre constants. La Division a renoué avec la croissance dès le troisième trimestre 2019 et poursuivi sur une note positive avec une hausse de +0,3 % au quatrième trimestre. Grâce à la dynamique commerciale mise en place depuis dix-huit mois, l’Amérique du Nord a poursuivi sa croissance au quatrième trimestre.

La Division a poursuivi la transformation digitale de ses principaux clients en augmentant sa part de chiffre d’affaires dans l’orchestration du Cloud Hybride, dans le Digital Workplace et dans les projets de Transformation, via l’automatisation et l’intelligence artificielle.

Sur l’ensemble de l’année 2019, les Services Financiers ont affiché une croissance à deux chiffres, principalement grâce à la montée en charge de contrats importants en Amérique du Nord, notamment avec CNA Financial Corporation, et au Royaume-Uni & Irlande avec Aegon, National Savings & Investments et Aviva, qui ont plus que compensé un contrat non renouvelé en 2018 en Amérique du Nord.

L’activité Télécoms, Médias & Services aux collectivités a crû grâce à des ventes additionnelles à BBC au Royaume-Uni, à de nouveaux logos et notamment National Grid et Entergy Corporation en Amérique du Nord, et à la montée en charge de contrats comme celui conclu avec Scottish Water au Royaume-Uni et avec un opérateur de téléphonie mobile espagnol. En France, l’activité a été impactée à la suite du non-renouvellement de projets auprès des collectivités qui avaient été générateurs de chiffre d’affaires au quatrième trimestre 2018. Ce secteur a enregistré une forte demande dans le domaine de la Communication d’Entreprises au sein de la géographie Benelux & Pays Nordiques et dans les Autres Entités Opérationnelles, tandis que la situation s’est avérée plus difficile en Allemagne.

Le secteur Industrie, Distribution & Transports a fait face au non-renouvellement du contrat avec Marriott International en Amérique du Nord en 2018, à une forte baisse de l’activité Unified Communication & Collaboration (UCC) dans plusieurs zones géographiques, comme en Amérique du Nord et dans la zone Benelux & Pays Nordiques, ainsi que la réduction des volumes et la baisse de contrats en Allemagne. Ce secteur a profité de la montée en charge de plusieurs contrats signés en Amérique du Nord durant l’année compensant partiellement les effets précédemment mentionnés.

La situation dans le Secteur Public est restée plus difficile, notamment au Royaume-Uni qui a subi un effet de base sur des projets de transitions réalisés l’année précédente conjugué à une baisse de volumes.

La marge opérationnelle de la Division Infrastructure & Data Management a été de 614 millions d’euros, soit 9,7 % du chiffre d’affaires. L’augmentation de +40 points de base par rapport à 2018 a principalement résulté des importantes mesures de réduction des coûts opérationnels, dont le programme RACE, et de l’ajustement des effectifs du Groupe dans plusieurs pays, en particulier en Allemagne, liés à l’accélération du plan d’adaptation initié au premier semestre. Au Royaume-Uni & Irlande, la marge opérationnelle a été impactée par les contraintes de prix sur l’activité d’externalisation des processus métier (BPO) au second semestre.

 

Business & Platform Solutions : Les synergies avec Syntel se sont concrétisées, mais un ralentissement constaté dans certains secteurs

Le chiffre d’affaires de la Division Business & Platform Solutions s’est élevé à 4 216 millions d’euros, en hausse de +0,9 % à taux de change et périmètre constants en 2019. L’activité a été contrastée sur l’ensemble de l’année, avec un premier semestre à +2,3 % de croissance organique, alors que la Division a enregistré une légère baisse de -0,5 % au cours du second semestre. En effet, la Division a subi des tensions au niveau des Services Financiers en Amérique du Nord, au troisième et quatrième trimestre. La réduction du nombre de contrats à faible marge mise en place au premier semestre 2019, au moment du transfert de contrats à Syntel, est venue peser sur la croissance organique du chiffre d’affaires aux troisième et quatrième trimestres. Enfin, au quatrième trimestre, la croissance a été impactée par un ralentissement dans le secteur automobile en Allemagne.

Sur l’ensemble de l’année 2019, le secteur Industrie, Distribution & Transport a affiché une forte croissance sur l’ensemble de l’année, bénéficiant d’une performance solide dans presque toutes les zones géographiques. En particulier, l’Allemagne a bénéficié de la mise en place d’un contrat de maintenance et de développements applicatifs avec Siemens, conjuguée à l’activité SAP S4 HANA en Autriche, et à la montée en charge de contrats tels que Philips dans la zone Benelux & Pays Nordiques et à une hausse des volumes au Royaume-Uni.

Les Services Financiers ont affiché une légère croissance du chiffre d’affaires, principalement portée par le contrat avec une grande compagnie d’assurance au Royaume-Uni, les services Cloud fournis à un assureur en Benelux & Pays Nordiques, et aussi à la montée en charge de contrats en Allemagne. La situation est restée plus difficile en France et, dans une moindre mesure, en Amérique du Nord, en raison de réduction des volumes.

Télécoms, Média et Services aux collectivités a légèrement reculé. En effet, une hausse des volumes avec les entreprises de services publics italiennes et espagnoles n’a pas pu permettre de compenser une situation plus difficile en Allemagne avec une baisse liée à un contrat conclu dans le domaine de la gestion applicative avec un grand opérateur Telecom.

La situation a été plus contrastée dans le domaine Public & Santé, qui a connu une activité en hausse dans les projets numériques en France et la mise en place de nouveaux contrats en Italie et dans la zone Ibérique. À l’inverse, la Division a enregistré une réduction de volumes dans le domaine de la santé en Amérique du Nord compte tenu des projets de migrations livrés l’année précédente aux hôpitaux et non renouvelés, tout comme pour des projets au Royaume-Uni.

La marge opérationnelle a atteint 492 millions d’euros, soit 11,7 % du chiffre d’affaires. L’amélioration de +10 points de base a été en particulier portée par les synergies avec Syntel au niveau escompté. La progression de la marge opérationnelle enregistrée au premier semestre s’est ralentie au cours du second semestre, du fait de la réduction progressive d’un contrat de gestion d’applications à forte marge en Allemagne, ainsi que de dépassements de coûts sur des projets historiques.

 

Big Data & Cybersecurity: Une très forte croissance du chiffre d‘affaires au second semestre portée par les Supercalculateurs et les services de Cybersécurité.

Le chiffre d’affaires de l’activité Big Data & Cybersecurity a atteint 1 050 millions d’euros, en croissance organique de +18,3 %, soit une performance solide tout au long de l’année poursuivant l’expansion de l’activité aussi bien du point de vue des zones géographiques que des secteurs couverts.

La très forte croissance de l’activité Big Data a été notamment portée par la montée en charge ou la livraison d’importants contrats comme en France avec Météo-France, avec un institut de recherche français et avec un ministère, en Allemagne avec HRLN Supercomputing Service et Forschungszentrum Jülich, au Royaume-Uni avec l’European Centre for Medium Range Weather Forecast et, dans la zone Benelux & Pays Nordiques avec notamment CSC en Finlande. Cela a permis de largement compenser un niveau élevé de ventes de produits réalisées l’année précédente en Amérique du Nord et qui n’ont pas été renouvelées cette année. Les activités Cybersécurité ont été soutenues par de nouvelles opportunités commerciales en Amérique du Nord conjuguées à de bons résultats dans la zone Benelux & Pays Nordiques, qui ont largement compensé les ventes de licences non renouvelées cette année au Royaume-Uni. La performance d’ensemble a également été portée par une solide activité sur les Systèmes Critiques en particulier en Europe Centrale.

La marge opérationnelle a atteint 149 millions d’euros, soit 14,2 % du chiffre d’affaires, un chiffre relativement stable comparé à 2018. Globalement, la Division a généré une solide profitabilité opérationnelle tout en continuant d’investir dans la Recherche et le Développement et dans l’offre commerciale, à la fois pour les solutions de Cybersecurité et de Big Data. La marge opérationnelle est restée élevée dans les entités en forte croissance, comme la France, la zone Benelux & Pays Nordiques et les Autres Entités Opérationnelles. Pour sa part, l’Amérique du Nord a bénéficié d’un mix d’activités favorable.

 

Performance 2019 par Entité Opérationnelle

Chiffre d’affairesMarge opérationnelleMarge opérationnelle %
En millions d’euros20192018*% organique20192018*20192018*
Amérique du Nord  2 7252 789-2,3%          343          30012,6%10,8%
Allemagne  2 1672 1530,7%          152          1267,0%5,9%
France  1 7881 7273,5%          164          1519,2%8,7%
Royaume-Uni & Irlande  1 6691 6680,0%          165          1989,9%11,9%
Benelux & Pays Nordiques  1 0471 0163,0%           88           718,4%7,0%
Autres Entités Opérationnelles  2 1922 0775,6%          319          34414,6%16,5%
Coûts des structures globales**–          42–          66-0,4%-0,6%
Total11 58811 4301,4%1 1901 125 10,3%9,8%
* A périmètre et taux de change constants
** Les coûts des structures globales comprennent les coûts de directions des divisions ITS et les coûts centraux ITS non alloués aux Entités Opérationnelles.

Au cours du quatrième trimestre, toutes les Entités Opérationnelles mis à part l’Allemagne, ont enregistré une croissance positive, en particulier l’Amérique du Nord à 2,7%, le Royaume Uni et Irlande à +3,2% et la France à +3,5%. Bénélux et Nordics a réalisé une croissance de +1% pendant que Autres Entités Opérationnelles a maintenu une solide croissance à +5%. Enfin, l’Allemagne a enregistré une décroissance de -2% au quatrième trimestre plus particulièrement impacté par l’activité Unified Communication & Collaboration.

Sur l’ensemble de l’année 2019 :

  • L’Amérique du Nord a décru de -2,3% provenant comme prévu du premier semestre. En effet, Infrastructure et Data Management est revenu en croissance au second semestre comme anticipé. La dynamique commerciale mise en place il y a dix-huit mois, conjuguée à la montée en charge du contrat CNA Financial Corporation a compensé une baisse due à deux contrats non renouvelés en 2018. Cela a également permis de compenser une forte réduction sur Unified Communication et Collaboration (UCC). Business Platform et Solutions a connu des tensions dans les Services Financiers pendant le second semestre, avec de plus faibles volumes dans le domaine de la Santé à la suite de la migration non récurrente de logiciels au troisième trimestre 2018 ;
  • L’Allemagne a crû de +0,7% grâce à une forte activité en Big Data et Cybersécurité. Business & Platform Solutions a également enregistré une solide croissance portée par les projets dans le Digital et un nouveau contrat de Gestion Applicative avec Siemens, ce qui a plus que compensé une baisse dans le même domaine avec un grand client. La situation a été plus difficile en Infrastructure & Data Management en raison d’une baisse sur Unified Communication & Collaboration et de réductions de volumes ou des fins de contrats ;
  • La France a crû de +3,5% principalement portée par une belle performance en Big Data & Cybersecurity en particulier dans le Secteur Public et Santé ;
  • Royaume-Uni & Irlande a connu une première partie d’année avec de plus faibles volumes sur des contrats renouvelés en 2018 en Infrastructure & Data Management et des ventes de licences qui n’ont pas été réitérées cette année en Cybersécurité. La zone géographique a enregistré au second semestre une croissance permettant d’atteindre une stabilité sur l’ensemble de l’année, grâce à une belle performance en Big Data et Cybersecurité, avec en particulier des livraisons de supercalculateurs (HPC) ;
  • Benelux & The Nordics a connu une croissance de +3,0% portée par une forte performance en Big Data et Cybersecurity, notamment avec le client CSC en Finlande au premier semestre, et un rétablissement de Business & Platform Solutions au second semestre grâce à la montée en charge de contrats tels que celui avec Philips ou dans le Cloud avec une compagnie d’assurance ;
  • “Autres Entités Opérationnelles” a poursuivi sa forte croissance au-dessus de +5% au second semestre pour atteindre 5,6% sur l’ensemble de l’année, grâce à une forte performance en Infrastructure & Data Management et en Business & Platform Solutions, en particulier sur Europe Centrale et de l’Est, Amérique du Sud et Asie Pacifique.

Le Groupe a atteint pour la première fois une marge opérationnelle à deux chiffres à 10,3% du chiffre d’affaires contre 9,8% en 2018. La progression a été portée par l’Amérique du Nord, l’Allemagne et la France qui ont enregistré à la fois une accélération dans le domaine de l’automatisation, des synergies de coûts avec Syntel et un meilleur business mix en terme de profitabilité opérationnelle. La marge a été impactée au Royaume Uni et Irlande par des contraintes de prix dans le Business Process Outsourcing (BPO).

 

Activité commerciale

La dynamique commerciale du Groupe a été particulièrement forte en 2019 avec des prises de commandes à 12,2 milliards d’euros, représentant un ratio de prise de commandes sur chiffre d’affaires de 106 % comparés aux 111 % enregistrés en 2018 à taux de change constant. Pour le quatrième trimestre, ce ratio a été de 121%.

De nombreux contrats importants ont été signés au cours de la période en Infrastructure & Data Management, ce qui a contribué à alimenter la croissance dans le Cloud et le Digital Workplace. En particulier, des prises de commandes importantes ont été enregistrées en Amérique du Nord avec une société leader dans le domaine des soins de santé, National Grid, l’État de Californie avec le contrat NG911 et Entergy. De plus, l’Allemagne a signé plusieurs contrats importants, notamment avec BASF et Itergo, tandis que la géographie Benelux & Pays Nordiques a conclu un gros contrat dans le domaine Public & Santé. Business & Platform Solutions a conclu de nouveaux contrats, notamment dans la zone Benelux & Pays Nordiques, comme avec Fortum sur le segment Industrie, Distribution & Transports, ainsi qu’avec une compagnie d’assurance néerlandaise sur le secteur Services Financiers. Big Data & Cybersecurity a poursuivi sa forte dynamique commerciale également favorisée par un contrat majeur signé au Royaume-Uni avec l’European Centre for Medium Range Weather Forecast, en France avec Météo France et enfin en Allemagne avec Bayer.

Le carnet de commandes total fin décembre 2019 a augmenté pour s’élever à 21,9 milliards d’euros contre 21,4 milliards d’euros en 2018, et représenter 1,9 année de chiffre d’affaires.

Le montant total pondéré des propositions commerciales est resté important pour s’établir à 7,4 milliards d’euros à fin 2019 comparé à 6,9 milliards d’euros fin 2018.

 

Résultat d’exploitation et résultat net

Le résultat d’exploitation en 2019 a atteint 660 millions d’euros, par rapport à 630 millions d’euros en 2018, compte tenu des éléments suivants :

Les dépenses de réorganisation des effectifs se sont élevées à -100 millions d’euros et sont principalement la conséquence de l’effort d’adaptation des effectifs du Groupe dans plusieurs pays. L’augmentation en 2019 provient principalement du plan de réorganisation en Allemagne.

Les coûts de rationalisation ont été de -34 millions d’euros et font suite à des fermetures de sites et à la consolidation de centres de données, principalement en Amérique du Nord et en France.

Les coûts d’intégration et d’acquisition ont représenté -41 millions d’euros principalement liés aux coûts d’intégration de Syntel pour générer des synergies et à la migration et à la standardisation des plateformes informatiques internes issues des précédentes acquisitions.

-157 millions d’euros ont été comptabilisés au titre de l’amortissement de l’allocation du prix d’acquisition, par rapport à -107 millions en 2018. La charge d’amortissement correspondant à la relation clients et aux technologies apportées par Syntel s’est élevée à -67 millions d’euros en 2019.

Les montants d’amortissement des plans de rémunération en actions se sont élevés à -73 millions d’euros comparés à -36 millions d’euros en 2018 reflétant une moindre performance et une diminution du nombre d’actions attribuées en 2018.

En 2019, le poste « Autres » a augmenté de -40 millions d’euros à -125 millions d’euros par rapport à l’année précédente. La majeure partie de cette hausse provient de :

  • La vente d’actions Worldline de novembre 2019. D’un point de vue comptable, la valeur des actions Worldline a été déterminée au moment de la distribution des actions Worldline le 7 mai (prix de l’action à 54,70 euros) augmentée de la quote-part du résultat net de Worldline sur la période de mai à octobre. La vente des actions ayant été effectuée à 53 euros, le Groupe a enregistré une perte comptable de -53 millions d’euros dans ses états financiers consolidés net des coûts de cession ;
  • du règlement d’un litige au second semestre avec un important opérateur télécom en Allemagne conduisant à l’enregistrement d’une charge non récurrente de 23 millions d’euros.

Le résultat financier s’est élevé à -208 millions d’euros sur la période, par rapport à -67 millions d’euros en 2018. Cette augmentation a été principalement liée à l’accroissement pour environ -50 millions d’euros des charges financières pour financer l’acquisition de Syntel, -54 millions d’euros liés à la variation de la juste valeur du dérivé de l’Obligation Echangeable en Actions, et -27 millions d’euros d’intérêts sur dettes de loyers qui font suite à la première année d’application de la norme IFRS 16. Enfin, les effets de change ont représenté une charge de –4 millions d’euros comparé à un gain de +4 millions d’euros l’année précédente sur la même période.

La charge d’impôts pour 2019 s’est élevée à -82 millions d’euros, représentant un taux effectif d’impôt annualisé de 18,2%.

Compte tenu de la déconsolidation de Worldline, les participations ne donnant pas le contrôle ne sont plus significatives.

La quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence s’est élevée à 47 millions d’euros et provient principalement de la contribution de Worldline à compter du 1er mai 2019.

Le résultat net part du Groupe des activités poursuivies de la période s’est ainsi élevé à 414 millions d’euros et représente 3,6% du chiffre d’affaires.

Le résultat net part du Groupe des activités abandonnées s’est élevé à 2 986 millions d’euros constitué du résultat net de Worldline sur la période du 1er janvier 2019 au 30 avril 2019 et de la plus-value générée lors de la distribution des actions Worldline, nette des coûts de distribution après impôt. Cette plus-value s’est élevée à 2 931 millions d’euros.

Le Bénéfice par Action des activités poursuivies a atteint 3,84 euros en 2019 tout comme le Bénéfice par Action Dilué des activités poursuivies.

Le résultat net normalisé avant éléments inhabituels, anormaux et non-récurrents, nets d’impôt, s’est élevé à 834 millions d’euros et a représenté 7,2% du chiffre d’affaires du Groupe sur la période, par rapport à 803 millions d’euros soit 7,5% du chiffre d’affaires en 2018.

Le Bénéfice Normalisé par Action des activités poursuivies a atteint 7,74 euros en 2019 tout comme le Bénéfice Normalisé par Action Dilué des activités poursuivies, par rapport à 7,57 euros pour les deux indicateurs en 2018.

 

Flux de trésorerie disponible

L’Excédent Brut Opérationnel (EBO) d’un montant de 1 802 millions d’euros a atteint 15,5% du chiffre d’affaires, comparé à 11,4% du chiffre d’affaires retraité de l’an passé.

Les décaissements liés à la réorganisation, à la rationalisation et frais associés et aux coûts d’intégration et d’acquisition se sont élevés à -173 millions d’euros en 2019 contre -146 millions d’euros en 2018. L’objectif annuel du Groupe en 2019 est confirmé à 1% du chiffre d’affaires du Groupe, augmenté des coûts d’intégration de Syntel et du plan de transformation allemand.

Les investissements opérationnels ont atteint -324 millions d’euros, soit 2,8% du chiffre d’affaires, comparé à 3,5% du chiffre d’affaires en 2018 reflétant l’évolution des activités du Groupe avec une augmentation significative de B&PS du fait de l’intégration de Syntel et de l’augmentation de l’utilisation du Cloud par rapport à une infrastructure classique.

La variation du besoin en fonds de roulement s’est élevée à -130 millions d’euros. Le délai de règlement client est passé de 46 jours en 2018 (hors Worldline) à 47 jours à fin décembre 2019. Le niveau des créances cédées sans recours aux banques avec transfert des risques de non-paiement, en conformité avec les critères de la norme IFRS 9 était stable comparé au 31 décembre 2018.

Les impôts payés se sont élevés à -99 millions d’euros, en augmentation par rapport à l’exercice précédent principalement dû à l’effet périmètre de Syntel.

Le coût de l’endettement financier net a augmenté de 34 millions d’euros (-64 millions d’euros par rapport à -30 millions d’euros en 2018). Cette variation est principalement expliquée par la nouvelle structure financière du Groupe suite à l’acquisition de Syntel.

La ligne « autres variations » s’est élevée à -25 millions d’euros contre -37 millions d’euros en 2018. Les montants 2019 incluent des éléments non récurrents positifs de 37 millions d’euros liés à l’émission de l’OEB (instrument dérivé net de frais). L’augmentation excluant l’effet positif des éléments non récurrents provient principalement des plans de cessation progressive d’activité en France et en Allemagne, des indemnités de rupture de contrats fournisseurs, comme déjà mentionné au premier semestre, des programmes de transformation globale et des effets de change.

Par conséquent, le flux de trésorerie disponible du Groupe en 2019 s’est élevé à 605 millions d’euros (642 millions d’euros en IFRS incluant des éléments non récurrents positifs de 37 millions d’euros liés à l’émission de l’OEB), par rapport à 451 millions d’euros en 2018 (hors Worldline).

 

Evolution de la Trésorerie nette

L’impact de l’endettement net provenant des acquisitions nettes de cessions de +625 millions d’euros dont l’origine est liée principalement à l’ABO sur les titres Worldline sur le marché pour +780 millions d’euros, réduit des coûts de cession et d’impôts, ainsi que les coûts de distribution après impôts et des autres coûts relatifs à la distribution de mai 2019. Les acquisitions sont principalement relatives à IDnomic et X-Perion.

Les augmentations de capital se sont élevées à +18 millions d’euros en 2019. Elles sont principalement liées au programme d’actionnariat salarié.

Le programme de rachat d’actions s’est élevé à -113 millions d’euros en 2019.

Les dividendes versés s’élèvent à -58 millions d’euros.

L’effet de la variation de change, provenant de l’exposition des éléments de dette ou de trésorerie aux devises étrangères, a eu un effet négatif en trésorerie nette de -14 millions d’euros essentiellement dû au taux de change de la livre sterling contre l’euro.

En conséquence, la position de dette nette du Groupe s’est élevée à -1 736 millions d’euros à fin décembre 2019 contre une dette nette de -2 837 millions d’euros à fin décembre 2018.

 

Ressources humaines

L’effectif total était de 108 317 salariés fin décembre 2019, contre 122 100 fin décembre 2018. Cette évolution est liée à la déconsolidation de Worldline qui a représenté 11 514 salariés.

Hormis cet effet de périmètre, l’effectif du Groupe a baissé de -1,9 %, principalement dans les Divisions Infrastructure & Data Management et dans une moindre mesure Business & Platform Solutions pour anticiper et accompagner l’automatisation et la robotisation.

En 2019, le Groupe aura recruté 18 516 employés (94 % d’employés directs). La majeure partie des embauches s’est réalisée dans les pays nearshore et offshore (66 % des embauches directes), et plus particulièrement en Inde et en Pologne.

Le taux de départs volontaires s’est établi à 15,1 % pour l’ensemble du Groupe, un chiffre stable comparé à l’année précédente, dont 20,6 % dans les pays offshore/nearshore.

 

Distribution de dividendes

Lors de la réunion du 18 février 2020, le Conseil d’Administration a décidé de proposer à la prochaine Assemblée Générale Annuelle des Actionnaires, le versement en 2020 sur les résultats 2019, d’un dividende de 1,40 euro par action avec l’option pour chaque actionnaire de recevoir le dividende en actions Atos. Comme pour l’exercice précédent, ce montant représente un taux de distribution de 29% du résultat net part du Groupe des activités poursuivies, positivement ajusté des éléments comptables non récurrents relatifs à la cession des actions Worldline et l’émission des Obligations échangeables en actions, aussi bien que l’accord transactionnel avec un opérateur Télécom en Allemagne. Ces ajustements représentent un impact de 106 millions d’euros après impôt. Le dividende ordinaire serait versé en Juin 2020.

 

Evolution du Groupe vers une approche sectorielle

Le Groupe lance en 2020 une transformation dénommée « SPRING » dont le but est de développer et attirer le plus haut niveau d’expertise sur chaque secteur de manière à encore mieux servir ses clients. Cette évolution consiste en une refonte du portefeuille des offres, une nouvelle approche commerciale et une organisation dont l’axe premier devient le Secteur d’Activité.

Dans ce contexte, six Secteurs sont créés, chacun avec une responsabilité de compte de résultat :

  • Manufacturing;
  • Financial Services & Insurance;
  • Public Sector & Defense;
  • Telecom, Media & Technology;
  • Resources & Services;
  • Healthcare & Life Sciences.

Dans le même temps, le Groupe effectue un regroupement des Entités Opérationnelles en 5 grandes Régions (Regional Business Units-RBU), chacune ayant son propre leader :

  • Amérique du Nord;
  • Europe Centrale : regroupant Allemagne et Europe Centrale et de l’Est, hors Italie ;
  • Europe du Nord : regroupant Royaume-Uni & Irlande, et Benelux et Pays Nordiques ;
  • Europe du Sud : regroupant France, Iberia, et l’Italie ;
  • Growing Markets: regroupant Asie Pacifique, Amérique du Sud, et Moyen Orient et Afrique.

A compter de la publication du premier trimestre 2020, le chiffre d’affaires sera présenté par Secteur et par Entité Opérationnelle (RBU). A compter de la publication du premier semestre 2020, la marge opérationnelle sera également présentée par Secteur et par Entité Opérationnelle (RBU). De manière à faciliter la période de transition, le Groupe présentera également le chiffre d’affaires par Division au premier et au deuxième trimestres 2020.

 

Journée Analystes

Le Groupe tiendra une Journée Analystes le 22 Avril 2020 à Paris.

 

Annexes

Les comptes consolidés et sociaux de l’exercice clos le 31 décembre 2019 d’Atos ont été arrêtés par le Conseil d’Administration du 18 février 2020. Les comptes consolidés de l’exercice clos le 31 décembre 2019 sont certifiés.

Le rapport financier 2019 sera mis en ligne sur le site d’Atos, rubrique Investisseurs, le 19 février 2020.

 

Réconciliation du chiffre d’affaires et de la marge opérationnelle à taux de change et périmètre constants

En millions d’euros20192018variation %
Chiffre d’affaires statutaire11 58812 258-5,5%
Effet de change117
Chiffre d’affaires à taux de change constants11 588 12 375 -6,4%
Effet des changements de périmètre-982
Effet de change sur les périmètres acquis ou cédés37
Chiffre d’affaires à périmètre et taux de change constants         11 588          11 430   1,4%
Marge opérationnelle statutaire1 1901 260-5,6%
Effet des changements de périmètre-154
Effet de change19
Marge opérationnelle à taux de change et périmètre constants1 190 1 125 5,8%
en % du chiffre d’affaires10,3%9,8% 

 

L’effet de périmètre s’élève à -982 millions d’euros pour le chiffre d’affaires, dont :

  • -1 674 millions d’euros liés au retraitement de la contribution de Worldline au chiffre d’affaires du Groupe au cours de l’exercice 2018, à la suite de déconsolidation de Worldline du Groupe à compter du 1erjanvier 2019. Pour rappel, après avoir distribué 23,5 % du capital social de Worldline au profit des actionnaires d’Atos le 7 mai 2019 (sachant que le Groupe en détenait 50,8 %), Atos a procédé, le 30 octobre 2019, à la vente d’environ 14,7 millions d’actions Worldline (soit près de 8 % du capital de Worldline) pour un montant d’environ 0,8 milliard d’euros, par le biais d’un placement privé auprès d’investisseurs qualifiés par voie de construction accélérée de livre d’ordres. Dans le même temps, Atos a émis des obligations échangeables en actions à échéance 2024 pour un montant nominal global d’environ 500 millions d’euros, qui seront échangeables en actions Worldline (environ 4 % du capital social de Worldline en cas de conversion intégrale) moyennant une prime de 35 %. De plus, Atos a accepté de transférer au fonds de pension 2019 d’Atos UK environ 4,3 millions d’actions Worldline (environ 2 % du capital social de Worldline) représentant 198 millions de livres sterling (soit environ 230 millions d’euros). À la suite de ces opérations, et dans le cas d’un échange de l’intégralité des Obligations, Atos détiendrait une participation directe de 13 % dans le capital social de Worldline et 22 % des droits de vote ;
  • +65 millions d’euros correspondant au chiffre d’affaires réalisé avec Worldline par les entités d’Atos au cours de l’exercice 2018. Ce chiffre d’affaires n’est plus neutralisé dans la consolidation du Groupe, mais reconnu comme faisant partie intégrante du chiffre d’affaires du Groupe à la suite de déconsolidation de Worldline à compter du 1erjanvier 2019 ;
  • Le montant net positif résiduel de +627 millions d’euros se rapporte essentiellement à l’acquisition de Syntel, entité consolidée au 1ernovembre 2018 (10 mois retraités pour un montant de +709 millions d’euros), à l’acquisition de IDnomic, entité consolidée au 1er octobre 2019 (3 mois retraités pour +5 millions d’euros), à la cession de certaines activités spécifiques de Unified Communication & Collaboration ainsi que d’anciennes activités d’ITO au Royaume-Uni, et de la vente et du décommissionnement d’activités non-stratégiques chez CVC;
  • Le closing de la récente acquisition Maven Wave étant intervenu au cours du premier trimestre 2020, aucun retraitement n’a été nécessaire pour le chiffre d’affaires 2018.

L’effet de périmètre s’élève à -154 millions d’euros pour la marge opérationnelle. Cet impact provient principalement du retraitement de la contribution de Worldline à la marge opérationnelle du Groupe au cours de l’exercice 2018 (-293 millions d’euros), à l’acquisition de Syntel (10 mois retraités pour un montant de +176 millions d’euros) et à la cession de certaines activités spécifiques de Unified Communication & Collaboration ainsi que d’anciennes activités d’ITO au Royaume-Uni, et de la vente et du décommissionnement d’activités non-stratégiques chez CVC. Dans la mesure où la marge opérationnelle réalisée par les entités Atos avec Worldline en 2018 n’était pas éliminée d’un point de vue contributif, aucun retraitement n’a été nécessaire.

Les effets de change résultent principalement du dollar américain qui a contribué de manière positive au chiffre d’affaires pour un montant de +154 millions d’euros et à la marge opérationnelle pour un montant de +19 millions d’euros.

 

Chiffre d’affaires 2019 par Marché

En millions d’euros20192018*% organique
Industrie, Distribution & Transports       4 1394 181-1,0%
Public & Santé       3 4113 3870,7%
Services financiers       2 1692 0326,8%
Télécoms, Médias & Services aux collectivités       1 8691 8312,1%
Total11 58811 4301,4%
* A périmètre et taux de change constants

 

Chiffre d’affaires du quatrième trimestre 2019 par Division, Entité Opérationnelle, Marché

En millions d’eurosT4 2019T4 2018*% organique
Infrastructure & Data Management       1 6521 6480,3%
Business & Platform Solutions       1 0721 085-1,2%
Big Data & Cybersecurity          35127427,8%
Total3 0743 0072,2%
* A périmètre et taux de change constants

 

En millions d’eurosT4 2019T4 2018*% organique
Amérique du Nord          6996812,7%
Allemagne          573585-2,0%
France          5134963,5%
Royaume-Uni & Irlande          4334203,2%
Benelux & Pays Nordiques          2672641,0%
Autres Entités Opérationnelles          5885614,9%
Total3 0743 0072,2%
* A périmètre et taux de change constants

 

En millions d’eurosT4 2019T4 2018*% organique
Industrie, Distribution & Transports       1 0821 130-4,2%
Public & Santé          9318558,8%
Services financiers          5555334,1%
Télécoms, Médias & Services aux collectivités          5064893,5%
Total3 0743 0072,2%
* A périmètre et taux de change constants

 

Conférence téléphonique

Aujourd’hui, mercredi 19 février 2020, le Groupe organise une conférence téléphonique en anglais à 8h00 (CET, Paris) présidée par Elie Girard, Directeur Général, afin de commenter les résultats de l’exercice 2019 d’Atos et répondre aux questions de la communauté financière.

La conférence téléphonique sera accessible par webcast :

  • sur net, rubrique Investisseurs
  • sur mobile ou tablettes en scannant le QR code:
  • par téléphone, en se connectant 5 à 10 minutes avant le début de la conférence:

                        France                          +33 1 76 70 07 94       code 6527718

                        Allemagne                     +49 69 2443 7351       code 6527718

                        Royaume-Uni                +44 844 571 8892       code 6527718

                        Etats-Unis                     +1 631 510 7495         code 6527718

                        Autres Pays                   +44 2071 928000        code 6527718

Après la conférence téléphonique, un enregistrement sera disponible sur notre site atos.net, dans la section Investisseurs

 

Prochains événements

22 avril 2020               Journée Analystes et Chiffre d’affaires du premier trimestre 2020

14 mai 2020                 Assemblée générale annuelle

22 juillet 2020              Résultats du premier semestre 2020

Contacts

Relations Investisseurs :                              Gilles Arditti                  +33 6 11 69 81 74

gilles.arditti@atos.net

Médias :                                                          Sylvie Raybaud             +33 6 95 91 96 71

sylvie.raybaud@atos.net

 

A propos d’Atos

Atos est un leader international de la transformation digitale avec environ 110 000 collaborateurs dans 73 pays et un chiffre d’affaires annuel de plus de 11 milliards d’euros. Numéro un européen du Cloud, de la cybersécurité et des supercalculateurs, le Groupe fournit des solutions intégrées de Cloud Hybride Orchestré, Big Data, Applications Métiers et Environnement de Travail Connecté. Partenaire informatique mondial des Jeux Olympiques et Paralympiques, le Groupe exerce ses activités sous les marques Atos, Atos|Syntel, et Unify. Atos est une SE (Société Européenne) cotée sur Euronext Paris et fait partie de l’indice CAC 40.

La raison d’être d’Atos est de contribuer à façonner l’espace informationnel. Avec ses compétences et ses services, le Groupe supporte le développement de la connaissance, de l’éducation et de la recherche dans une approche pluriculturelle et contribue au développement de l’excellence scientifique et technologique. Partout dans le monde, Atos permet à ses clients et à ses collaborateurs, et plus généralement au plus grand nombre, de vivre, travailler et progresser durablement et en toute confiance dans l’espace informationnel.

 

Avertissements

Le présent document contient des informations de nature prévisionnelle auxquelles sont associés des risques et des incertitudes, y compris les informations inclues ou incorporées par référence, concernant la croissance et la rentabilité du Groupe dans le futur qui peuvent impliquer que les résultats attendus diffèrent significativement de ceux indiqués dans les informations de nature prévisionnelle. Ces risques et incertitudes sont liés à des facteurs que la Société ne peut ni contrôler, ni estimer de façon précise, tels que les conditions de marché futures ou le comportement d’autres acteurs sur le marché. Les informations de nature prévisionnelle contenues dans ce document constituent des anticipations sur une situation future et doivent être considérés comme tels. Ces déclarations peuvent se référer aux plans, objectifs et stratégies d’Atos, de même qu’à des événements futurs, des revenus à venir ou encore des synergies ou des résultats qui ne constituent pas des informations factuelles à caractère historique. La suite des évènements ou les résultats réels peuvent différer de ceux qui sont décrits dans le présent document du fait d’un certain nombre de risques et incertitudes qui figurent dans le Document de Référence 2018 déposé auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) le 22 février 2019 sous le numéro d’enregistrement D.19-0072 et dans le Document de Référence Universel 2018 déposée auprès de l’AMF le 30 juillet 2019 sous le numéro d’enregistrement D.19-0728. Atos ne prend aucun engagement et n’assume aucune responsabilité s’agissant de la mise à jour de l’information contenue dans le présent document au-delà de ce qui est prescrit par la réglementation en vigueur. Ce communiqué ne constitue ni ne contient une offre de vente des actions Atos ou une quelconque sollicitation d’achat ou de souscription d’actions Atos en France, aux Etats-Unis d’Amérique ou dans aucun autre pays.

La croissance organique du chiffre d’affaires est présentée à périmètre et taux de change constants.

Les Entités Opérationnelles (Business Units) sont composées de l’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada et Mexique), l’Allemagne, le Royaume-Uni & Irlande, la France, le Benelux & Pays Nordiques (Belgique, Danemark, Estonie, Lituanie, Finlande, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Russie et Suède, les Autres Entités Opérationnelles comprenant l’Europe Centrale & de l’Est (Autriche, Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Italie, Israël, République Tchèque, Roumanie, Serbie, Slovaquie, et Suisse), la Zone Ibérique (Espagne et Portugal), Asie Pacifique (Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Indonésie, Japon, Malaisie, Nouvelle-Zélande, Philippines, Singapour, Taïwan et Thaïlande), Amérique Latine (Argentine, Brésil, Colombie, et Uruguay), Moyen Orient & Afrique (Afrique du Sud, Algérie, Arabie Saoudite, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Egypte, Emirats Arabes Unis, Gabon, Liban, Madagascar, Mali, Maroc, Ile Maurice, Qatar, Tunisie, Turquie et Sénégal), Major Events, Global Cloud Hub, et Global Delivery Centers.

[1] Flux de trésorerie disponible à 642 millions d’euros incluant des éléments non récurrents de 37 millions d’euros liés à l’emprunt obligataire échangeable en actions.

[2] Provenant des activités poursuivies.

[3] Obligations venant à échéance en 2024 pour un montant nominal d’environ 500 millions d’euros échangeables en actions Worldline émises par Atos le 6 novembre 2019.