SKF et Atos : ensemble pour relever le défi de l’industrie du futur


Publié le: 28 June 2017 par Atos

Afin d’accélérer l’émergence des solutions digitales pour l’industrie de demain, SKF et Atos, en partenariat avec Techniques de l’Ingénieur, organisent le challenge « Industrie du Futur » à destination des start-ups. Une démarche d’open innovation originale en France et en lien avec les enjeux du secteur, comme l’expliquent Frédéric Ponson, directeur de l’Ingénierie chez SKF France, et Steve Péguet, directeur de l’Innovation chez Atos France.

Quelle est votre lecture des mutations que connaît actuellement l’industrie ?

Frédéric Ponson : Depuis maintenant près d’un siècle, des progrès extraordinaires ont permis d’améliorer considérablement la productivité, la qualité et la sécurité. Mais ces avancées ont toujours été progressives. Au fond, nos processus de fabrication ont assez peu évolué ces dernières décennies. Pourtant, aujourd’hui, avec l’irruption de nouvelles technologies comme la fabrication additive, l’Internet des objets ou l’intelligence artificielle, tout est brutalement remis en question : métiers, produits, usines, chaînes de valeur, modèles économiques… C’est une véritable révolution !

Steve Péguet : Auparavant, l’informatique consistait à modéliser la réalité pour mieux la gérer. Mais aujourd’hui, grâce aux capteurs et aux objets connectés, les données viennent de l’environnement lui-même. La réalité s’impose aux systèmes d’information et non plus l’inverse. Ce renversement de paradigme est source d’opportunités en termes d’excellence opérationnelle et de nouveaux services mais aussi de menaces, notamment autour de la propriété intellectuelle. Pour les industriels, l’enjeu est de parvenir à basculer de l’ancien monde vers le nouveau. On parle beaucoup de convergence IT/OT, et elle comporte un volet important de cybersécurité.

« L’industrie 4.0 ne sera pas un empilement de technologies mais un tissu humain, ouvert et régénéré. » Frédéric Ponson, Directeur de l’Ingénierie, SKF France

Dans ce contexte, quel est le sens de la collaboration entre SKF et Atos ?

F.P. : On le voit, pour un industriel, l’IT n’est plus considéré comme un outil support mais comme un facteur clé de différenciation et de compétitivité. Nous devons donc envisager les nouvelles technologies sur le même plan que les autres composantes de notre cœur de métier. C’est un changement culturel majeur. Avant d’être technique, le défi est avant tout  humain. Il faut surmonter les barrières de la crainte et de l’indécision et pour cela, nous partageons la conviction que l’open innovation a un rôle déterminant à jouer. En effet, par son expertise, Atos se pose en tiers de confiance entre la technologie et SKF. De cette façon, l’organisation peut accepter, digérer et assimiler plus vite la nouveauté et réellement s’approprier la transformation digitale. 

S.P : Selon nous, l’open innovation, c’est le partage des idées, des risques et des résultats. Aussi, il ne s’agit pas tant d’aider les industriels à concevoir et à mettre en œuvre des solutions innovantes, que de nous positionner en véritable partenaire, impliqué et prêt à envisager tous les modes de collaboration. C’est de cette manière que l’on innove vraiment, que l’on crée de la valeur et que, nous concernant, nous pouvons rester à l’avant-garde des technologies et des usages. 

Cette collaboration se traduit notamment par l’organisation du challenge « Industrie du futur » destiné aux startups. Pouvez-vous détailler cette opération ?

S.P. : Au monde réel, se superpose désormais un monde numérique qui couvre toute la chaîne de valeur, de la conception à la maintenance. Entre ces deux dimensions, il se créé des passerelles matérielles ou logicielles souvent développées par des startups ou des PME high tech. L’objectif de ce challenge est d’identifier les acteurs émergents les plus prometteurs et de les aider à finaliser leur offre technologique en les confrontant aux exigences du réel.

« L’open innovation, c’est le partage des idées, des risques et des résultats. » Steve Péguet, Directeur de l’Innovation, Atos France

F.P. : Des sujets comme les matériaux, les procédés de fabrication, l’usine connectée ou encore le machine learning pourront être abordés. En juillet, quatorze candidats seront sélectionnés et accompagnés jusqu’à la grande finale qui aura lieu le 8 novembre à la SKF Solution Factory située à St-Cyr-sur-Loire. Qu’un leader de l’industrie et un leader de l’IT s’associent pour solliciter l’implication des startups est assez unique. Les participants vont bénéficier d’une double expertise, industrielle et technologique et d’un environnement d’expérimentation grandeur nature. Pour eux, ce sera un formidable accélérateur. 

Quelles retombées en escomptez-vous ?

S.P. : Aux États-Unis, peu de startups se consacrent au secteur de l’industrie. La Silicon Valley n’a pas d’usines. C’est une opportunité formidable pour l’Europe et la France en particulier, qui est à la fois le pays des startups et en pleine reconquête industrielle. Nous espérons qu’en unissant nos forces, nous parviendrons à montrer la voie à suivre. C’est d’ailleurs pourquoi Techniques de l’Ingénieur s’est associé à ce challenge afin de diffuser et de faire connaître largement ces innovations auprès des industriels. Pour Atos, l’objectif est de construire des mines d’or autour de pépites en devenir. Nous avons tout intérêt à aider nos futurs fleurons technologiques à devenir les leaders mondiaux de demain.

F.P. : Notre succès se mesurera surtout à la qualité des relations qui s’établiront entre chacun. Un écosystème, ce sont d’abord des hommes et des femmes qui s’estiment, se font confiance et ont envie de travailler ensemble. L’industrie 4.0 ne sera pas un empilement de technologies mais un tissu humain, ouvert et régénéré.

Partager


Qui est Atos

Partenaire de Confiance de votre Transformation Digitale


Suivre ou contacter Groupe


Qui est Steve Péguet

Directeur de l'Innovation France et Membre de la Communauté Scientifique
Steve a débuté sa carrière dans le secteur de la Finance pour accompagner les banques dans leur transformation numérique. Il a ensuite travaillé pendant 7 ans pour les Administrations d’Etat et les collectivités territoriales autour de l’e-administration. Steve a rejoint Atos en février 2011. Aujourd’hui, sa mission est de décliner la démarche Open Innovation d’Atos en France, de proposer les innovations issues de nos activités de R&D et de fédérer l’écosystème des partenaires stratégiques, des acteurs académiques, des pôles de compétitivité et des startups/PME innovantes pour adresser les enjeux liés à la transformation digitale de nos clients

Suivre ou contacter Steve