Pourquoi l’Edge computing est une chance pour les utilities


Publié le: 1 February 2017 par Alexis Coutarel

Grid, Edge, Cloud, Fog… Nous sommes tellement accoutumés à ce qu’apparaissent de nouveaux modèles d’informatique qu’il est facile de se lancer tête baissée dans des débats extrêmement techniques et de perdre ainsi de vue ce qui compte vraiment : les avantages que peuvent en tirer les entreprises du point de vue économique et opérationnel.

Les modèles d’informatique massivement distribuée représentent un important enjeu pour les utilities. L’Edge computing, en particulier, avec sa décentralisation des données et des traitements, lui est parfaitement adapté à de nombreux points de vue : technique, business, opérationnel et financier.

Par définition, les utilities sont l’activité la plus distribuée qui soit, électricité, gaz et eau s’écoulant jusqu’au cœur même de nos villes, de nos entreprises et de nos maisons. En définitive, l’Edge computing revient à se demander comment exploiter cette topographie particulière pour créer de nouvelles formes d’intelligence et de valeur.

« L’Edge computing revient à se demander comment exploiter la topographie particulière des utilities pour créer de nouvelles formes d’intelligence et de valeur. »

Avec notre modèle de smart grid, nous remontons d’un cran par rapport au lieu de distribution final pour placer un système de gestion des données relativement basique au niveau de la sous-station. Plutôt que d’avoir un boîtier dédié à chaque flux de données, nous pouvons désormais les programmer pour en faire des agents intelligents. Et cela change tout. Voici au moins trois bonnes raisons pourquoi :

1. Coût et simplicité

Toutes les entreprises du secteur des utilities cherchent à tout prix à minimiser leurs investissements en immobilisations et à simplifier la gestion technique de l’existant. Avec ses uniques boîtiers basiques (mais programmables) installés au niveau des sous-stations, l’Edge computing minimise la multiplication des matériels, favorise la standardisation et donne à l’entreprise davantage de poids face à ses fournisseurs potentiels.

2. Un socle agile pour l’analytique

Les flux de données des utilities sont chaque jour plus complexes et plus abondants. Songez seulement à l’impact des productions locales d’énergies renouvelables. Un modèle Edge permet à l’entreprise de continuer à analyser des flux uniques de données, comme elle l’a toujours fait. Mais plus important encore, cela lui permet d’être en mesure de tirer des connaissances nouvelles de flux combinés de données avec une vraie agilité.

3. De nouvelles opportunités business

Les acteurs des utilities sont confrontés à une réelle urgence de créer de nouvelles sources de revenus. Dans de nombreux cas, cela passera par des partenariats et, pour convaincre ces nouveaux partenaires, l’entreprise aura souvent comme argument de leur donner accès à ses données. Le modèle Edge permettra aux utilities d’envisager, entre autres, de s’associer avec les municipalités pour gérer l’éclairage public, avec les opérateurs de transport pour le chargement des véhicules électriques, et avec les collectivités et les producteurs alternatifs pour le rachat de leur production d’énergie renouvelable.

Partager


Qui est Alexis Coutarel

Innovation and Business Developer, Worldgrid
Alexis travaille depuis 6 ans dans l’équipe Innovation et Business Development chez Atos Worldgrid. Il s’intéresse particulièrement aux apports du Machine Learning et de l’Intelligence Artificielle pour les acteurs de l’Energie. En parallèle de ses travaux de R&D, Alexis participe à des ateliers d’innovation pour les client d’Atos Worldgrid. Il participe également aux spécifications fonctionnelles des solutions destinées aux acteurs de l’Energie. Diplômé de l’école Grenoble INP-ENSE3, où il a étudié les systèmes énergétiques, les Smart Grids et les marchés de l’Energie, il est également co-auteur d’une publication technique pour le CIRED, à propos de l’intégration IT-OT.

Suivre ou contacter Alexis