Petit guide des marchés multifaces à l’ère digitale


Publié le: 25 September 2015 par Franck Freycenon

De la presse de Gutenberg à l’avènement de la machine à vapeur, le progrès technique a façonné l’histoire des affaires. Aujourd’hui, la complexité croissante des services IT – grâce à l’apport du cloud et l’explosion des données – engendre de nouveaux modèles économiques. Nous en voyons émerger un en particulier : les marchés multifaces.

 

Contrairement à l’approche traditionnelle, dans laquelle l’organisation s’adresse à une seule catégorie de clientèle, un marché multiface comporte plusieurs groupes aux intérêts distincts au sein d’un même écosystème. Un point important est que ce modèle nécessite une interdépendance des différentes parties, qui jouent chacune un rôle essentiel. Un bon exemple est eBay, qui met en relation un groupe de clients (les vendeurs) avec un autre (les acheteurs) via sa plateforme d’enchères. eBay doit répondre aux besoins des uns et des autres, et s’assurer que tous sont satisfaits.

eBay est loin d’être un cas isolé : les sites de rencontre, de financement participatif, les programmes de fidélité comptent parmi les innombrables plateformes opérant des marchés multifaces, et ce sont les données qui permettent ces business models innovants.

A vrai dire, les modèles eux-mêmes ne sont pas nécessairement nouveaux. En revanche, ce sont les quantités dans lesquelles nous les voyons émerger qui sont remarquables. Avec la diffusion mondiale d’Internet et l’analyse de données, les entreprises peuvent tester des modèles asymétriques dans lesquels une partie paie moins (voire pas du tout), le coût étant transféré sur les autres.

Prenez Facebook : n’importe qui peut s’inscrire gratuitement, ce qui crée une solide base d’utilisateurs à laquelle peuvent s’adresser les annonceurs et les développeurs d’applications. De plus, exploiter, analyser et croiser les données utilisateurs offre à Facebook une autre opportunité : celle de vendre de précieuses statistiques.

Nous constatons une fois encore l’impact de la « pensée à deux vitesses », qui voit les organisations utiliser l’IT traditionnelle comme tremplin pour des stratégies digitales créatives. Tandis que l’IT fournit ce qu’on attend d’elle (temps de réponse garantis, expérience utilisateur agréable, accès sécurisés), le digital constitue une passerelle pour ceux qui, en-dehors du département IT, veulent impressionner leurs clients en leur proposant des services nouveaux et pertinents d’une façon attractive. Tout l’enjeu est de trouver l’équilibre entre confidentialité, expérience utilisateur et création de valeur.

Les possibilités sont infinies : des automobiles connectées permettant de souscrire à son assurance au trajet plutôt qu’à l’année, des réfrigérateurs intelligents qui font les courses par abonnement, ou des opérateurs mobiles qui s’associent aux banques pour payer directement les factures de leurs clients.

Notre collaboration avec Renault illustre bien le principe du marché multiface, avec la création de systèmes de paiement embarqués permettant au conducteur de faire ses achats en route, ou la fourniture de statistiques sur le conducteur permettant à son assureur de lui proposer un contrat premium personnalisé, ouvrant ainsi un nouvel écosystème business.

« Le plus excitant est que ce ne sont pas là des chimères d’un futur lointain, mais déjà des solutions qui émergent en même temps qu’un monde où tout est connecté. L’IT rend les choses possibles, mais le moteur, c’est le Digital Thinking… »

Partager


Qui est Franck Freycenon

Digital Transformation & New Energy Services Business Development Director
Franck Freycenon a débuté sa carrière à l’international dans le secteur de l’IT sur l’amélioration de la performance des SI des Opérateurs Telecoms. Il a ensuite été pendant 10 ans Account Manager chez Orange Business Services pour des clients industriels puis bancaires. En 2011, il entre dans un cabinet de conseil et agence digitale où il gère le développement de la relation avec les énergéticiens et leurs écosystèmes. Franck Freycenon a rejoint Atos Worldgrid début 2015. Aujourd’hui, sa mission est de valoriser la transformation digitale dans le secteur de l’énergie et notre proposition de valeur sur cette thématique. A ce titre, il est responsable du développement commercial de la plateforme sur les nouveaux services dans l’énergie, plateforme résultant d’une initiative globale du groupe Atos dans le Big Data.

Suivre ou contacter Franck