Avenir et défis du data center à l’ère de l'IoT


Publié le: Sep 11, 2017 par Paul Albada Jelgersma

« Quiconque désire un succès constant doit changer son comportement avec le temps. » Cette phrase de Machiavel correspond parfaitement à l'attitude que nous devrions adopter face à l'Internet des Objets (IdO). Elle exprime la nécessité de changer notre façon de penser l'informatique et notre utilisation des données. Des mesures plus fines génèrent aujourd’hui un volume d'informations sans précédent, qui impacteront notre vision des marchés et des clients, et qui permettront d’améliorer la valeur des produits et services fournis. Et nous n'en sommes encore qu'aux balbutiements de cette nouvelle technologie qui façonnera notre vision du monde...

Imaginez une société répartissant des millions de capteurs le long de sa chaîne de production dans plusieurs usines. Tous ces capteurs envoient des données sur des machines centralisées. Accessibles aux managers, elles vont contribuer à optimiser l’efficacité et à accroître la valeur commerciale. McKinsey estime que si les décideurs politiques et les entreprises agissent comme il se doit, la liaison entre mondes physique et numérique pourrait générer jusqu'à 11,1 trillions de dollars de valeur économique par an à l'horizon 2025. D'autre part, le centre de données sollicité atteindrait probablement très vite les limites de ses capacités de traitement, car il serait surchargé de données et de connexions envoyées par les capteurs. D'après Gartner, le maintien de chaque activité informatique dans un emplacement central ne serait pas réalisable avec l'Internet des Objets, pour des raisons à la fois techniques et économiques.

L'impact de l'IdO L'adoption de l'IdO va mener à une réévaluation profonde des stratégies de gestion des données dans les entreprises. La meilleure solution sera probablement de créer une infrastructure distribuée, de mettre en place des installations plus intelligentes proches des matériels en vue d'un traitement local avec une agrégation supplémentaire dans un emplacement centralisé. Cette option crée un système de gestion plus flexible, capable de s'adapter au gré des exigences. La logique traditionnelle consistant à utiliser un centre de données centralisé pour faire baisser les coûts et augmenter la sécurité n'est tout simplement plus compatible avec l'ère de l'IdO, et de nouvelles approches d’infrastructures s’imposent pour éviter de surcharger l'ensemble du système. L'IdO accélérera probablement le processus de transition vers une infrastructure cloud. Dans certains secteurs, les sociétés exécutent déjà une part de plus en plus grande de leurs processus sur des solutions de cloud hybride, qui permettent alors d’améliorer le potentiel de l'infrastructure dans sa totalité, et donc de fournir de meilleurs services.  Cette stratégie représente aussi une opportunité sans précédent pour créer des sociétés plus efficientes et plus réactives face aux besoins du marché, grâce notamment aux mesures en temps réel qui vont permettre d’agir sur les actions préventives.

Quel est l’avenir du centre de données traditionnel ? L'avancée de l'IdO et du cloud peut mener les entreprises à moins recourir aux centres de données, tout simplement à cause du niveau de montée en charge et de flexibilité dont elles vont avoir besoin. Mais la sécurité ne saurait être sous-estimée et les sociétés devront maintenir une infrastructure robuste autour de leurs données. S’il est probable que les centres de données perdront progressivement leur importance stratégique pour la plupart des entreprises, les emplacements physiques resteront nécessaires comme dispositifs de référence en cas de pannes système.

Les managers informatiques auront besoin de commencer à penser à la meilleure approche pour l'optimisation et l'innovation de leur infrastructure, garantissant qu'elle ne devienne pas obsolète dans un environnement à évolution rapide, soutenu par l'IdO.

Partager


Qui est Paul Albada Jelgersma

Global Head Atos IoT Solutions et membre de la Communauté Scientifique et Membre de la Communauté Scientifique
Paul a plus de 24 ans d’expérience dans la conduite de programmes IT et business, et dans la direction de larges équipes techniques et métier. Paul est un des membres fondateurs de la Communauté Scientifique. Dans son travail au quotidien, il s’occupe de la dimension innovation du partenariat stratégique entre Atos et Siemens. Paul aime travailler en équipe distribuée en tirant profit des nouveaux outils collaboratifs. Il n’aime pas qu’on utilise l’email comme une messagerie instantanée ou pour gérer ses documents. A l’occasion, il écrit des articles pour son blog personnel. Paul est marié, a 2 enfants et vit près d’Amsterdam. Il aime voyager, et a notamment visité le Pérou, l’Equateur et les îles Galápagos. Il y a beaucoup d’autres destinations dans sa liste

Suivre ou contacter Paul