« A la veille de l’entrée en vigueur de la MiFID, l’Europe est en conformité avec la directive, mais est-elle armée face à la concurrence ? »

Paris, Londres, le 24 octobre 2007

Malgré les changements engagés, la moitié des pays européens n'ont toujours pas transposé la Directive dans leur droit national

Atos Origin, l'un des principaux acteurs internationaux dans les services informatiques, qui gère les processus opérationnels de neuf des dix plus grandes banques européennes, a déclaré ce jour que les prestataires de services financiers européens n'étaient pas prêts à faire face au renforcement de la concurrence qui résultera de l'entrée en vigueur, au 1er novembre 2007, de la Directive européenne sur les marchés d'Instruments financiers.

Des investissements inférieurs aux attentes
Une enquête menée par Atos Consulting, le pôle conseil d'Atos Origin, sur l'état de préparation du secteur en vue de la MiFID, révèle que les sociétés de services financiers font avant tout preuve d'attentisme. Atos Consulting a ainsi analysé les dépenses engagées dans ce cadre par 15 banques d'investissement, en les comparant au modèle de coût qu'il a publié en juin 2005 et mis à jour en février 2006. Les résultats de l'étude font état de dépenses inférieures de 20 à 25 % à celles initialement prévues.

Il apparaît ainsi que les établissements interrogés diffèrent leurs investissements dans les technologies intelligentes parce qu'ils veulent avant tout savoir si les anticipations de fragmentation de la liquidité se confirmeront. Les banques semblent également penser que les solutions peu automatisées actuellement déployées seront suffisantes pour leur permettre de répondre à leur obligation d'exécuter les ordres aux conditions les plus favorables pour le client (« best execution »), tout en restant rentables.

Perte de l'avantage concurrentiel
Les sociétés de services financiers ne voient pas dans la MiFID une occasion de damer le pion à la concurrence, mais simplement une contrainte réglementaire. Or, cette attitude risque de leur faire perdre leur avantage compétitif. En effet, si la MiFID conduit rapidement à une fragmentation du marché, les entreprises qui n'auront pas investi et seront incapables de produire des statistiques fiables sur la qualité d'exécution de leurs ordres, pourront voir leurs efforts marketing contrariés lorsque le moment sera venu – dès octobre 2008 – de comparer les lieux d'exécution des ordres.

Changements en cours
La situation évolue toutefois. Á l'occasion d'une présentation faite ce jour aux observateurs du secteur, Jeremy Bryson, Senior Vice-Président Services Financiers d'Atos Origin, a indiqué que la MiFID définissait les conditions qui permettraient de rendre le marché européen plus attractif aux yeux des investisseurs. Des changements ont déjà été engagés, même si la moitié des pays européens n'ont pas encore transposé la directive européenne dans leur droit national. Les acteurs traditionnels voient leur part de marché diminuer au profit des nouveaux systèmes de transaction, comme Chi-X, et les places boursières européennes affichent en 2007 une hausse de 50 à 120 % des volumes de transaction par rapport à l'année précédente, avec une diminution de 20 % du volume moyen d'échange1.

Jeremy Bryson indique que pour tirer leur épingle du jeu sur le marché post-MiFID, les entreprises doivent différencier leurs stratégies et apporter la preuve qu'elles respectent le principe de « best execution » à travers la publication de statistiques d‘échanges. Il affirme par ailleurs que les établissements de services financiers doivent maximiser le volume de flux d'ordres et réduire les coûts de transaction marginaux afin de conserver leur avantage compétitif.

Ken Tregidgo, Global Head Strategy & Business Development, a déclaré: “Ce que nous avons fait de manière active chez Atos Euronext Market Solutions (AEMS), c'est de parler à nos clients des opportunités stratégiques apportées par la MiFID, comment se positionner différemment face à la concurrence et enfin leur fournir la technologie appropriée.”

A propos d'Atos Origin
Atos Origin est l'un des principaux acteurs internationaux dans les services informatiques. Sa mission est de traduire la vision stratégique de ses clients en résultats par une meilleure utilisation de solutions de conseil, intégration de systèmes et infogérance. Implanté dans 40 pays à travers le monde, Atos Origin réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 5,4 milliards d'euros avec un effectif de plus de 50 000 personnes. Atos Origin est le partenaire informatique mondial des Jeux olympiques et le Groupe compte parmi ses clients de grands comptes internationaux dans tous les secteurs d'activité. Atos Origin est coté sur le marché Eurolist de Paris et exerce ses activités sous les noms d'Atos Origin, Atos Euronext Market Solutions, Atos Worldline et Atos Consulting.

À propos d'Atos Consulting
Atos Consulting, le pôle conseil mondial d'Atos Origin, est l'un des leaders sur le marché des services de conseil en management et en systèmes d'information. Avec plus de 2 500 collaborateurs dans le monde, Atos Consulting s'est fixé pour mission d'apporter des solutions éprouvées et pragmatiques à ses clients dans les télécommunications, l'industrie, les services financiers et le secteur public.

À propos de Atos Euronext Market Solutions (AEMS)
Atos Euronext Market Solutions (AEMS) est le leader mondial des solutions informatiques dédiées aux bourses, aux chambres de compensation et de règlement, aux banques et aux intermédiaires financiers. AEMS a été créé par deux leaders du secteurs – Atos Origin et Euronext, filiale de NYSE Euronext – qui ont décidé d'unir leurs intérêts pour se concentrer sur l'offre de technologies destinées exclusivement aux marchés financiers. Á travers cette société unique et indépendante, fruit de l'alliance entre leurs ressources humaines, leurs actifs et leurs technologies, les deux partenaires se sont ainsi donné les moyens d'exercer un véritable leadership dans le secteur. C'est ainsi qu'en tant que leader sur le marché, AEMS capitalise sur notre connaissances des clients et collabore, à mesure de l'évolution de leurs besoins technologiques, pour trouver les solutions produits les mieux adaptés. Fort de 1300 experts dans le monde entier, répartis entre ses bureaux de Londres, Paris, Chicago, Dubaï, Hong Kong et Bruxelles, AEMS accompagne les marchés mondiaux tout au long du processus de négociation – banques, courtiers, gestionnaires d'actifs et intermédiaires, places boursières, chambres de compensation et dépositaires centraux de titres.

Contacts presse:

Caroline Crouch
+44 20 7830 4233
caroline.crouch@atosorigin.com
Jose de Vries
+31 6 30 27 26 11
jose.devries@atosorigin.com