« 26 % des entreprises britanniques de premier plan estiment qu’elles ne seront pas prêtes début 2005 à publier leurs comptes conformément aux normes comptables internationales IAS »

Paris, le 22 juin 2004

Le Royaume-Uni est le pays le moins préparé d'Europe.
- Une étude réalisée par Atos KPMG Consulting -

Une étude publiée ce jour par Atos KPMG Consulting, filiale d'Atos Origin, révèle que 26% des premières entreprises britanniques estiment qu'elles ne seront pas prêtes d'ici début 2005 à publier leurs comptes conformément aux normes comptables internationales IAS. Selon l'étude, qui se fonde sur des entretiens réalisés auprès des directeurs financiers de 200 entreprises européennes de premier plan pour évaluer leur état de préparation en vue de l'introduction en janvier 2005 des nouvelles normes comptables, le Royaume-Uni est largement retardataire par rapport au reste de l'Europe et l'on s'attend à une amplification du problème.

Principales conclusions du rapport

  • Le Royaume-Uni obtient les moins bons résultats parmi les principaux acteurs financiers européens, 26 % des entreprises britanniques déclarant qu'elles ne seront pas prêtes d'ici début 2005, soit plus du double de la France, de l'Allemagne et des Pays-Bas (12 % en moyenne).
  • 92 % des entreprises néerlandaises de premier plan pensent être prêtes d'ici le premier trimestre 2005.
  • Dans les premières étapes de la transition, les entreprises sous-estiment souvent la taille et la complexité de la tâche. Un écart considérable apparaît ainsi entre le nombre de sociétés qui estiment qu'elles dépenseront plus d'un million d'euros dans la transition vers les nouvelles normes à ce stade et les sociétés tablant sur le même ordre de coût et se situant dans les dernières étapes de la transition. Le deuxième groupe est en effet cinq fois plus important que le premier.
  • Par ailleurs, 40 % des personnes interrogées estiment que la mise en œuvre des normes IAS engendrera une augmentation de la valeur pour l'actionnaire alors que 22 % tablent sur une baisse.
  • Les sociétés dans les dernières étapes de la transition étaient plus nombreuses (soit 54 %) à penser que l'investissement lié à ces modifications se traduirait par une amélioration des contrôles financiers, contre 33 % des sociétés dans les premières étapes de la transition.

Le fait que les sociétés soient si nombreuses à déclarer qu'elles ne seront pas prêtes est préoccupant compte tenu du délai fixe imposé. Atos KPMG Consulting est néanmoins convaincu qu'il est encore temps de respecter les délais.

"Les sociétés doivent s'attaquer aux insuffisances comptables et y palier dès maintenant", a déclaré Scott Parker, responsable des opérations chez Atos KPMG Consulting. "Les entreprises les plus dynamiques accordent une importance aux normes IAS qui va au-delà d'une simple question comptable. Elles analysent d'ores et déjà les résultats et budgets préparés selon les normes IAS et sont en mesure d'en expliquer l'impact aux investisseurs. Ces sociétés vont améliorer leur classement par rapport à la concurrence au cours des prochaines années."

"Nombreuses sont les sociétés qui pensent être dans les délais pour la mise en œuvre des nouvelles normes, mais c'est dans le cadre des processus fondamentaux, des systèmes informatiques, de la formation du personnel et des méthodes de gestion des activités que les sociétés ne sont pas assez diligentes", a déclaré Philip Davies, responsable des questions IAS, Atos KPMG Consulting. "La mise en œuvre des normes comptables IAS au sein d'une entreprise peut et devrait avoir des conséquences positives sur les activités, à savoir la normalisation et la rationalisation des processus et contrôles, ce qui se traduit par l'amélioration des contrôles financiers et la réduction du coût des processus de reporting financier. La normalisation ouvre la voie à de nouvelles opportunités, telles que l'établissement de centres de service collectifs pour le reporting, voire l'externalisation."

Cette étude fait la synthèse de deux cents entretiens téléphoniques détaillés de dix minutes auprès des directeurs financiers et responsables de niveau équivalent en janvier et février 2004 par Benchmark Research Ltd. Toutes les sociétés prises en compte figuraient parmi les 350 meilleures à l'échelle nationale, dont 80 parmi les 100 premières de leur pays.

###

A propos d'Atos Origin
Atos Origin est l'un des principaux acteurs internationaux dans les services informatiques. Sa mission est de traduire la vision stratégique de ses clients en résultats par une meilleure utilisation de solutions de conseil, intégration de systèmes et infogérance. Implanté dans 50 pays à travers le monde, Atos Origin réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 5 milliards d'euros avec un effectif de 47 000 personnes. Atos Origin est le partenaire informatique mondial des Jeux Olympiques et le Groupe compte parmi ses clients ABN AMRO, Akzo Nobel, Alstom, BNP Paribas, BP, Ericsson, EDF, Euronext, Fiat, France Telecom, ICI, ING, KPN, Lucent, Philips, Renault, Royal Bank of Scotland, Saudi Aramco, Schlumberger, Shell, Telecom Italia, UBS, UK Department for Work & Pensions, Unilever, Vivendi Universal et Vodafone.

Atos Origin est coté au Premier Marché d'Euronext Paris et exerce ses activités sous les noms d'Atos Origin, Atos Euronext, Atos KPMG Consulting, Atos Odyssée et Atos Worldline. Atos KPMG Consulting Ltd est filiale à 100% d'Atos Origin et n'a pas de lien avec KPMG.

Contacts presse:
Anne de Beaumont
Tél: + 33 (0)1 55 91 24 15
anne.debeaumont@atosorigin.com